Mardi, Août 22, 2017

Congo : Journalistes et forces de maintien de l’ordre pour une élection pacifique

Congo : Journalistes et forces de maintien de l’ordre pour une élection pacifique

Brazzaville (République du Congo), 16 juin 2017

A un mois des élections législatives et locales en République du Congo, les professionnels de media et les forces de maintien de l’ordre ont pris l’engagement de travailler en étroite collaboration afin de limiter les violations des droits de l’homme récurrentes en période électorale. Une journée d’échange et discussion sur le rôle des forces de maintien de l’ordre dans la protection et la sécurité des journalistes, initiée par le Centre des Nations Unies pour les droits de l’homme et la démocratie en Afrique centrale et le Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique centrale en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Congo s’est tenue le 16 juin 2017 à Brazzaville. Une cinquantaine d’officiers de forces de maintien de l’ordre ont pris part à cette journée d’échange caractérisée par quelques présentations sur la situation des journalistes dans le monde entier, la sécurité et la protection des journalistes notamment à travers une présentation de la Résolution S/RES/2222 des Nations Unies sur la Sécurité des journalistes et l’obligation des Etats, et le Plan d'Action de l’ONU sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité.

Les débats ont permis de comprendre le rôle et les difficultés auxquels font face les journalistes et les média dans la couverture des processus électoraux, mais aussi la meilleure façon de travailler avec les forces de maintien de l’ordre pour éviter toute entrave à l’exercice de leurs fonctions. Plusieurs recommandations ont été adoptées à l’issue de cette journée notamment la nécessité de multiplier les sessions de sensibilisation à l’intention des forces de maintien de l’ordre ; l’importance d’accorder une subvention aux media pour la couverture des processus électoraux en tant que mesure pour éviter l’instrumentalisation des média par les acteurs politiques ; et l’implication effective du Conseil Supérieur de la Liberté de la Communication dans l’identification et l’accréditation des journalistes pour la couverture électorale.

Avant cette journée d’échange, les professionnels de media ont participé à un atelier de suivi de la formation sur le rôle et la responsabilité des media dans la promotion des processus électoraux pacifiques, organisée en mars 2016 en prélude aux élections présidentielles. Trent cinq journalistes ont ainsi évalué le niveau d’application et de respect des principes des droits de l’homme à observer en période électorale. Ils ont également examiné les défis majeurs rencontrés lors de la couverture de l’élection présidentielle de 2016, les leçons apprises et les opportunités pour une couverture améliorée des échéances de juillet 2017.

Les organisateurs ont rappelé le rôle fondamental que jouent les journalistes en tant qu’acteurs essentiels dans la promotion des scrutins transparents, inclusifs et pacifiques. Ils ont insisté sur l’importance de la neutralité, de l’impartialité, de l’objectivité et de la responsabilité professionnelle lors des périodes cruciales comme celle-ci. Par la voix du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Congo, ils sont appelés à plus d’attention et de rigueur dans la gestion de l’information électorale.