Samedi, Novembre 18, 2017

Droits de l’homme et lutte contre le terrorisme : OSC, acteurs humanitaires et forces de maintien de l’ordre ensemble pour une meilleure protection des droits de l’homme

Droits de l’homme et lutte contre le terrorisme : OSC, acteurs humanitaires et forces de maintien de l’ordre ensemble pour une meilleure protection des droits de l’homme

Maroua, 30 août 2017

Une trentaine d’organisations de la société civile, forces de maintien de l’ordre et officiers de protection des agences onusiennes et autres organisations humanitaires travaillant dans la région de l’extrême nord du Cameroun viennent de mettre en place une plateforme d’échange et de dialogue en vue d’une meilleure protection des droits de l’homme dans le contexte de lutte contre le terrorisme. Cette plateforme comporte un groupe WhatsApp, un groupe e-mail et un groupe SMS permettant à tous les membres de partager les informations par le moyen qui leur convient le plus. Des réunions régulières au niveau départemental ont été instituées et des points focaux désignés par les participants pour coordonner ces réunions afin de faciliter le partage des expériences, discuter des défis et forger une collaboration avec d'autres parties prenantes pour une meilleure protection des droits de l'homme dans leurs domaines de travail respectifs. Les participants ont demandé au Centre de continuer à suivre les progrès réalisés et de fournir des conseils et l’assistance technique, en particulier lors des discussions sur les droits de l'homme ou des problèmes posés dans le forum WhatsApp.

Ceci est le résultat d’un atelier de suivi organisé par le Centre des Nations Unies pour les droits de l’homme et la Démocratie en Afrique centrale à Maroua du 28 au 29 août 2017. Cet atelier fut recommandé par les différents acteurs suscités lors de plusieurs sessions de formation organisées respectivement pour les officiers de protection et les OSC et forces de maintien de l’ordre en octobre 2016 et mars 2017. En organisant cet atelier, le Centre visait plus particulièrement à passer en revue les difficultés auxquelles font face ces acteurs dans la promotion et la protection des droits de l’homme plus spécifiquement en ce qui concerne la lutte anti-terroriste ; créer des conditions favorables à la mise place en d’un cadre de concertation en vue d’une meilleure protection et promotion des droits de l’homme, et faire comprendre aux participants le rôle complémentaire de chaque acteur dans la promotion et la protection des droits de l’homme et susciter un travail d’ensemble afin de mieux protéger les droits de l’homme.

Résultat atteint

Le Directeur du Centre et Représentant régional du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme s’est dit totalement satisfait du déroulement et des conclusions issues des travaux. « Je suis ravis de votre engagement, particulièrement celui des forces de maintien de l’ordre à faire plus pour le respect et la protection des droits de l’homme. J’ose croire qu’en travaillant en parfaite collaboration tel que vous l’avez défini, rien ne vous empêchera de faire sourire les détenteurs des droits qui comptent beaucoup sur vous », précise-t-il. En clôturant les travaux, il a insisté sur la nécessité de mettre en œuvre les recommandations formulées notamment la restitution de l’atelier au sein de leurs organisations et unités respectives. En ce qui concerne la multiplication des sessions de formation pour atteindre d’autres organisations dans les autres localités touchées par le conflit, il a promis de prendre cela en compte dans la planification des activités pour les années à venir.

A la suite de cet atelier, les officiers de protection ont suivi deux jours de formation sur la prise en compte des droits de l’homme dans la planification et la réponse humanitaire. Ils ont partagé les expériences vécues sur le terrain depuis l’atelier de 2016, et ont échangé sur les défis rencontrés et les mesures d’atténuation possibles.