Mercredi, Décembre 13, 2017

Participation politique des femmes et groupes généralement marginalisés : un atelier de réflexion s’est tenu à Yaoundé

Participation politique des femmes et groupes généralement marginalisés : un atelier de réflexion s’est tenu à Yaoundé

Yaoundé le 30 novembre 2017

Un atelier de consultation nationale sur la participation politique des femmes et des groupes généralement marginalisés aux prochaines échéances électorales au Cameroun s’est tenu du 30 novembre au 02 décembre 2017 à Yaoundé. L’Objectif était d’encourager l’ensemble des acteurs impliqués dans les processus électoraux à s’approprier les normes et standards internationaux et régionaux ainsi que les bonnes pratiques visant à accroître et à assurer une meilleure participation des femmes, des personnes handicapées, des peuples autochtones et des jeunes dans les processus électoraux.

La cérémonie d’ouverture était co-présidée par le coordonnateur résident du Système de Nations-Unies au Cameroun, et la vice-présidente du Conseil électoral d’Elections Cameroon (ELECAM). Cette importante rencontre a été rehaussée par la présence de 79 participants issus des départements ministériels, du Sénat, de l’Assemblée nationale, des membres du corps diplomatiques, la Commission nationale des Droits de l’Homme, la société civile, les partis politiques, les média et le Système de Nations-Unies au Cameroun.

Au cours de sa leçon inaugurale, le professeur Alain Didier Olinga, internationaliste, a revisité l’ensemble des instruments juridiques internationaux et régionaux africains qui militent en faveur d’une meilleure prise en compte des femmes, des personnes handicapées, des jeunes et des peuples autochtones aux processus électoraux. Il a par ailleurs examiné les difficultés, les enjeux et les défis de la ratification de ces textes pour le Cameroun, avec un focus sur les groupes généralement marginalisés. Il a enfin esquissé quelques pistes de solution en guise de plaidoyer pour une participation accrue de ces acteurs aux futures échéances électorales au Cameroun.

La coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies au Cameroun s’est quant à elle félicitée des Participation politique des femmes et groupes généralement marginalisés : un atelier de réflexion s’est tenu à Yaoundérésultats de la synergie d’action qui existe entre ELECAM, les Nations-Unies et les institutions nationales sur l’importance d’une approche inclusive et d’une réelle volonté de lutter contre les discriminations dans le cadre des processus électoraux. « Cette initiative est la matérialisation de la volonté du Cameroun et de ses partenaires de repenser les modes de gouvernance, d’intégration des spécificités des femmes, des personnes handicapées, des populations autochtones, et des jeunes les mieux appropriés au développement du pays », a-t-elle déclaré.

A la fin de cette consultation nationale, un Code de bonne conduite pour la participation politique des groupes cibles a été élaboré et consolidé. Bien plus, une note de plaidoyer pour un engagement effectif des femmes et des groupes généralement marginalisés dans les processus électoraux a été adoptée.

A la lecture de ces deux documents, le Président d’Elections Cameroon a pris l’engagement de partager la vision et de la répercuter au sein de tous les démembrements territoriaux d’ELECAM. Le représentant de la Coordinatrice du Système des Nations-Unies au Cameroun à la cérémonie de clôture a réaffirmé le soutien des Nations-Unies pour toute initiative permettant l’inclusion de tous et de chacun conformément aux objectifs de Développement Durables (ODD) qui ne veulent laisser personne en dehors des processus de développement des pays.