Cameroun
  • 25 Mai 2022
  • 0 Commentaires
  • Vues

Prévention de la torture : Renforcement des capacités des membres et du personnel de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun sur le nouveau mécanisme

Prévention de la torture : Renforcement des capacités des membres et du personnel de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun sur le nouveau mécanisme

La Commission des Droits de l’Homme du Cameroun (CDHC) en partenariat avec le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale (CNUDHD-AC) a organisé un atelier de formation spécifique des membres et du personnel de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun sur l’opérationnalisation du Mécanisme national de prevention de la torture du 24 au 25 mai 2022 à Yaoundé au Cameroun.

L’objectif principal de cet atelier financé par le CNUDHD-AC, qui a enregistré 62 participants dont 23 femmes parmi lesquelles les Membres et le personnel de la CDHC, le Représentant du Ministère de la Justice, ainsi que les représentants des Agences du système des Nations Unies, notamment l’UNICEF et du CNUDHD-AC, était de renforcer les capacités des membres et du personnel de la CDHC sur l’appréhension et la mise en œuvre du mécanisme national de prévention de la torture du Cameroun.

Le Dr Laurent AKOBI BANOUIN, Directeur par intérim du CNUDHD-AC, s’est réjoui de la ratification par l’Etat du Cameroun de la Convention des Nations Unies contre la Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le 19 décembre 1986, tout en insistant sur la nécessité de déposer les instruments de ratification du Protocole facultatif s’y rapportant (OPCAT). Le Dr Laurent AKOBI BANOUIN a également apprécié les efforts déployés par le Cameroun à combattre la torture en garantissant la disponibilité du CNUDHD-AC à accompagner la CDHC dans l’exécution de ses traditionnelles visites des lieux de privation de liberté sur l’ensemble du territoire camerounais. « Le Centre est prêt à financer les activités de visite des lieux de privation de liberté », a-t-il déclaré.

Dr Laurent AKOBI BANOUIN, Directeur par intérim du CNUDHD-AC

Le Président de la CDHC, Pr James MOUANGUE KOBILA, a renouvelé sa gratitude au CNUDHD-AC pour son appui multiforme dans l’exécution du mandat de la Commission. Le Pr James MOUANGUE KOBILA a également rappelé l’engagement des pouvoirs publics à mener une bataille âpre contre la torture à travers la promulgation de la loi N 2019/014 du 19 juillet 2019 portant création, organisation et fonctionnement de la CDHC qui fait d’elle le Mécanisme national de prévention de la torture au Cameroun. « Je suis d’avis qu’il s’agit d’une décision sage et éclairée des acteurs de la réforme, doublée d’une volonté de préserver l’efficience », a-t-il martelé. Par la suite, le Président de la CDHC a mis l’emphase sur les réalisations et défis du MNPT du Cameroun dans le cadre de l’exécution de son mandant de prevention de la torture en 2019. Il en est ressorti l’existence d’importants défis tels que le dépôt par l’Etat du Cameroun des instruments de ratification de l’OPCAT et la mise en place et le renforcement des cadres de concertation et de dialogue constructif. Le Président de la CDHC a également rassuré l’auditoire de l’attention particulière que son institution porte aux plus vulnérables dans les lieux de détention, avant d’acclamer la proposition alléchante d’appui financier du CNUDHD-AC dans le cadre de l’exécution de son mandat de prévention de la torture.

Le Coordonnateur du Mécanisme national de prevention de la torture (MNPT) du Maroc, Représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et de l’Association francophone des commissions nationales des Droits de l’Homme (AFCNDH), Dr Mohammed BENAJIBA, a tout d’abord reconnu les différentes contraintes liées au démarrage d’un MNPT. Le Dr Mohammed BENAJIBA a rassuré la CDHC de sa disponibilité à l’accompagner dans la mise en œuvre efficace du mandat de prévention de la torture du MNPT camerounais. Enfin, l’Expert du Maroc a indiqué que le partage d’expériences et de bonnes pratiques constituent des conditions sine qua non à l’efficacité d’un MNPT.

Pendant deux jours, les participants ont été entretenu sur les thématiques suivantes : les généralités sur le MNPT ; les MNPT dans la pratique quotidienne ; le dialogue constructif et rapports ; l’interaction entre le MNPT et d’autres mécanismes ; et l’organisation et la planification stratégique du MNPT. Le partage d’expériences et de bonnes pratiques avec les experts des MNPT du Maroc, du Togo, de l’Ile Maurice, a abouti à la révision de la feuille de route du MNPT de la CDHC.

La principale recommandation de cet atelier a été l’amendement de la feuille de route du MNPT de la CDHC par la prise en compte des expériences des mécanismes extérieurs présentés durant l’atelier. A cet effet, l’urgence de la tenue d’une séance de brainstorming entre les membres et personnel de la CDHC pour arrimer le MNPT du Cameroun aux standards internationaux a été proclamé.

.