Burundi

1) Présentation sommaire du pays

Pays enclavé d'Afrique de l'Est, le Burundi est un pays des Grands Lacs, entouré par le Rwanda au nord, la Tanzanie à l'est, la République démocratique du Congo à l'ouest et bordé par le lac Tanganyika au sud-ouest. 80 % de la population est employée dans le secteur agricole. Avec une population de 11,6 millions d'habitants, dont 50,7 % (2018) sont des femmes, c'est l'un des pays les plus densément peuplés.

Le prince Louis Rwagasore, est la figure emblématique de la lutte anticolonialiste du Burundi. Il est partenaire des partis nationalistes qui souhaitent l’indépendance immédiate. Le Burundi devient indépendant le 1er juillet 1962, sous le régime de la monarchie constitutionnelle.

Le pays connaît ensuite une instabilité politique durable, marquée par des coups d'état, des massacres inter-communautaires, puis une guerre civile à partir de 1993. Celle-ci s'est conclue en 2000 par les accords d'Arusha, ouvrant une période de paix précaire. Depuis 2010, les tensions sont à nouveau particulièrement importantes.

2) Contexte politique du pays

Le Burundi est une république constitutionnelle dont la deuxième plus grande ville, Gitega, est devenue la capitale politique du pays en 2019. Gitega abrite la présidence de la République et le Sénat, tandis que les principales institutions de l'État sont toujours situées à Bujumbura, la capitale économique.

Un triple vote a été organisé en mai 2020 et comprenait les élections présidentielles, parlementaires et communales. Le général Evariste Ndayishimiye, ancien secrétaire général du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, et candidat de la majorité, a remporté les élections. Il remplace le défunt président Pierre Nkurunziza, qui venait de passer 15 ans au pouvoir. La nouvelle Constitution établit la présidence de la République du Burundi pour un mandat renouvelable de sept ans et crée la fonction de vice-président et de premier ministre. Ces trois organes constituent les hautes autorités du pays. Le pays compte 36 partis politiques et le CNDD-FDD a également remporté la majorité des sièges lors des élections des parlementaires et des conseillers communaux.

3) Situation des Droits de l'Homme dans le pays

Le Burundi a adhéré et ratifié plusieurs instruments internationaux relatifs à la protection et à la promotion des droits de l’homme. A travers sa Constitution, le Burundi s’est proclamé plus engagé à assurer le respect et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales. En effet, la Constitution énonce les prescrits des instruments de protection des droits de l’homme par ses dispositions (de l’article 21 à l’article 61) en proclamant les droits fondamentaux de l’individu et du citoyen. Le Burundi a également déjà pris un certain nombre d’obligations devant des organes régionaux ou internationaux tels que le CEDAW, le CAT, le CRC. Néanmoins, la réalité quotidienne sur le terrain démontre que l’Etat du Burundi a manqué et manque toujours à ses obligations et engagements internationaux.

4) Historique et état des relations entre le pays et le HCDH

Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies au Burundi a été créé en 1995, dans le contexte de violations massives des droits de l'homme commises dans le pays à la suite de l'assassinat du Président Melchior Ndadaye. Le Bureau a contribué à assurer l'incorporation d'une dimension des droits de l'homme dans la mise en œuvre de l'Accord d'Arusha, qui a été le socle de la stabilité du pays depuis de nombreuses années. Le Bureau a joué un rôle de premier plan dans la création de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme, de la Commission Vérité et Réconciliation, dans les réformes législatives ainsi que dans l'émergence d'organisations de la société civile fortes.

En octobre 2016, le Gouvernement, en réaction au rapport de l’équipe des experts indépendants des Nations Unies sur le Burundi établie par le conseil de droits de l’homme a suspendu toute coopération avec notre Bureau au Burundi. Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies au Burundi a été fermé le jeudi 28 février 2019 suite à la décision du Gouvernement.

Les frontières et les noms montrés sur cette carte n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par les Nations Unies

Nouvelles récentes

Le Burundi et les Organes de traités

Les plus récentes observations finales

Le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes

Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Le Comité des droits de l'homme

Le Comité des droits de l'enfant

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale

Documentation

  • Toutes
  • Textes de lois